Retourner à:  Accueil > Activités Groupes Ateliers > KinOptimiste, cinéfestival > KinOptimiste en ballade

68, même pas morts !

68, même pas mort sera le pre­mier KinOptimiste en bal­lade. Il se tien­dra le mer­credi 23 mai 2018 à la Maison du peuple de Clermont-Ferrand.

Entrée à prix libre

Projection du docu­men­taire « Nous avions 20 ans en 1968 » de Hervé Pernot suivie d’un débat en prés­ence de :

Clôture avec un concert de Sidi Wacho http://www.sidi­wa­cho.com/

Sur place : buvette et gri­gno­tage avec des pro­duits locaux et des crêpes.


Horaires :



Afficher une carte plus grande


Un texte de Léon Maillet publié sur le site de l’ACIPA http://acipa-ndl.fr

« Si après avoir, en 1981, annulé l’exten­sion du camp mili­taire du Larzac, le pré­sident Mitterrand avait expulsé les squat­ters, le labo­ra­toire rural extra­or­di­naire ima­giné par les jeunes illé­ga­lement ins­tallés sur le pla­teau n’aurait jamais existé.

Ainsi, fait unique en France, l’admi­ra­ble ges­tion col­lec­tive, depuis 30 ans, des 6 300 ha appar­te­nant à l’Etat et des 1 200 ha aux GFA mili­tants n’aurait, elle non plus, jamais existé. Cela a permis l’éclosion d’une agri­culture pay­sanne très diver­si­fiée que nous les anciens, engoncés dans la mono-pro­duc­tion roque­fort, n’aurions jamais ima­ginée, encore moins osée. Transformation à la ferme, vente directe de fro­mage de brebis et chèvre, de viande d’ani­maux de plein air (bœuf, agneau, cochon...), très sou­vent en bio, aux­quels il faut ajou­ter miel, arti­sa­nats divers, dres­seur de chiens de berger, chèvres angora, et même fabri­ca­tion de bière et d’apé­rit­ifs, etc.

En fait, chaque maison ou ferme vide dans les années 1970 est main­te­nant vivante. Ainsi, par endroit, on a doublé la popu­la­tion agri­cole et, pour mieux écouler ces pro­duits fer­miers, voilà 30 ans a été inventé ici le concept de marché à la ferme, lar­ge­ment repris ailleurs.

C’est le rés­ultat du bras­sage d’idées pro­vo­qué par l’arrivée de tous ces jeunes de l’extérieur qui a été le levain de la revi­ta­li­sa­tion du causse. Ainsi, le pro­to­type du pre­mier roto­lac­tor pour brebis a été inventé par... un natif du Pas-de-Calais, et le créateur de la magni­fi­que coopé­ra­tive des Bergers du Larzac (34 pro­duc­teurs et 35 sala­riés) est venu de Nanterre repren­dre une ferme vendue à l’armée. Du coup, ici on innove : ainsi plu­sieurs hameaux sont chauffés par un réseau de cha­leur à la pla­quette fores­tière locale, les toits des fermes héb­ergent des pan­neaux pho­to­vol­taïques, et depuis peu une Toile du Larzac (copiée sur une ini­tia­tive de la Manche) amène Internet à haut débit via un col­lec­tif d’habi­tants.

N’oublions pas non plus ces débats de société engen­drés sur le pla­teau, comme les com­bats contre la mal­bouffe, les OGM, la mon­dia­li­sa­tion libé­rale, les gaz de schiste, etc.

Ce tumulte local rép­ercuté par les médias a été béné­fique à toute la région, au tou­risme et à la vente des pro­duits locaux. Lorsqu’on entend aujourd’hui des décideurs s’abri­ter der­rière le droit pour jus­ti­fier des expul­sions à Notre-Dame-des-Landes, il faut leur rap­pe­ler que le droit n’est qu’une règle du moment, qui peut être modi­fiée, voire inversée. Exemple : l’arra­chage des OGM était inter­dit (Bové a fait de la prison pour cela), main­te­nant ce sont les OGM qui sont inter­dits dans les champs, et c’est même l’Etat qui en a fait arra­cher !

Et expul­ser des occu­pants de ND-des-Landes : pour mettre quoi à la place ? Au Larzac aussi, l’armée avait cru intel­li­gent de vider de ses occu­pants illégaux quel­ques fermes qu’elle avait achetées. Résultat : elle s’est ridi­cu­lisée, piégée durant cinq ans à vivre en cage der­rière des bar­belés, dans des for­tins, alors que les jeunes pay­sans occu­paient et tra­vaillaient l’espace tout autour.

Quant à notre « ber­ge­rie cathéd­rale » de La Blaquière, elle a été cons­truite sans permis par des béné­voles, et financée en partie par le refus de l’impôt. Mais au final elle a quand même été inau­gurée par un minis­tre de la République : Michel Rocard. En fait, c’est la légi­timité qui devrait tou­jours l’empor­ter sur la légalité ; l’oublier, comme à ND-des-Landes, c’est aller à contre­sens de l’his­toire. Et com­bien d’hommes poli­ti­ques (De Gaulle, Mandela, Havel, etc.), après avoir enfreint la loi, sont un jour deve­nus pré­sident de leur pays !

Bref, heu­reu­se­ment que François Mitterrand n’avait pas eu l’idée sau­gre­nue d’expul­ser les occu­pants d’alors... »

Léon Maillé

paysan retraité

Retourner à:  Accueil > Activités Groupes Ateliers > KinOptimiste, cinéfestival > KinOptimiste en ballade